AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Le Deal du moment : -18%
Promo sur la barre de son TV Bose Solo 5
Voir le deal
139 €

 En mode écriture et recherche locale feat Ivona




DRAGA MEA TRANSILVANIA :: BRAN :: BRAN SUD :: BIBLIOTHÈQUE
Partagez
Sandrine Caudron
Sandrine Caudron

HUMAINE
En mode écriture et recherche locale feat Ivona  Empty
Pseudo : Sybline
Messages : 22
Avatar : Danielle Rose Russell
Crédits : Sybline

Surnom : Sansan ou Sandy
Race : Humaine
Origines : Belge
Age : 17 ans
Situation familiale : Célibataire
Orientation sexuelle : Hétéro
Emploi : Lycéenne
   Dim 20 Sep - 15:54
En mode écriture et recherche locale
Citation
d84cff5cc978b8f87ae86405ad73f1b5.gif
Samedi 12 septembre 2020

Ce samedi-là, Sandrine avait décidé de passer la journée hors du manoir. Ce n'était pas qu'elle ne s'y plaisait pas . Vous rigolez, elle avait un bureau rien que pour elle pour y faire ses devoirs et écrire tranquillement même si sa mère aurait pu l'avoir. Tatiana se contenta d'avoir son bureau à elle dans le salon avec la bibliothèque. L'adolescente avait plus l'habitude d'être enfermée dans une pièce et d'y passer des heures et des heures. Sa mère préférait sans doute la savoir enfermée dans un bureau plutôt que dans sa chambre. Cela changeait un peu.

La jeune fille s'était levée tard. Se lever tôt n'était pas sa tasse de thé mais elle faisait avec. Elle avait au moins le week-end pour récupérer. Mais la semaine était longue pour elle et fatigante car elle devait faire plus d'effort en classe niveau compréhension du roumain. Parfois, elle utilisait un peu d'anglais pour se faire comprendre mais ses professeurs et ses camarades étaient compréhensibles. Les profs reconnaissaient les efforts qu'elle faisait, sachant que ça ne devait pas facile de parler une langue qui n'était sa langue maternelle (enfin d'une manière si vu que c'était celle de sa grand-mère maternelle mais c'était une langue qu'elle ne parlait pas régulièrement).

Après avoir déjeuner et diner en même temps, Sandrine partit en direction de la bibliothèque à vélo, son sac sur le dos. C'était le moyen le plus pratique pour elle se déplacer vite. Pour une fois, sa mère ne lui interdisait pas de se balader seule. Et puis, elle allait avoir dix-huit ans d'ici le prochain été. Mais avant d'entrer dans la bibliothèque, elle alla d'abord à l'église. Comme c'était l'anniversaire de sa grand-mère, elle voulait allumer un cierge en guise de bougie d'anniversaire.

- Joyeux anniversaire grand-mère ! dit-elle en allumant la longue bougie.

Une fois que ce fut fait, la jeune belge se dirigea vers la bibliothèque où elle salua la bibliothécaire, Ivona.

- Bună ziua. lui dit-elle avant de se prendre une place et s'asseoir.

Puis, elle commença à sortir ses affaires de son sac pour ensuite écrire quelques notes.


llpp.pngllpp.png

Humain

Les fées adorent danser, voyez-vous ; et bien qu'elles oublient les pas, quand elles sont tristes, elles ont tôt fait de les retrouver quand elles redeviennent gaies. C'est la raison pour laquelle les fées ne disent jamais : "Nous nous sentons heureuses", mais : "Nous avons envie de danser". Je suis sûr que vous avez remarqué que cela veut dire presque la même chose. La joie vous descend très facilement dans les pieds.
Ivona Luca
Ivona Luca

HUMAINE
En mode écriture et recherche locale feat Ivona  Empty
Pseudo : Notaromana
Messages : 59
Avatar : Saoirse "Ser-sha" Ronan
Crédits : Notaromana

Race : Humaine
Origines : Roumaines
Age : 26 ans
Situation familiale : Célibataire
Orientation sexuelle : Bisexuelle
Emploi : Bibliothécaire
   Lun 21 Sep - 0:14
Samedi à la bibliothèque
Les mots sont calmes, posés sur le papiers...
Samedi 12 septembre 2020

Comme chaque jour de la semaine, le réveil avait entonné la sonate de piano qu'il répétait chaque matin et Ivona l'avait écouté en se réveillant, en savourant sa mélodie avec nostalgie, se rappelant une époque où le piano qui la tirait du soleil aurait été un véritable instrument, joué avec talent par un être aujourd'hui perdu. Cette époque lui manquait, alors, elle laissait le réveil jouer et répéter sa mélodie durant qu'elle prenait son petit-déjeuner, comblant de ses notes électrique le silence de sa maisonnette. Elle ne l'éteignait qu'au moment de partir de chez elle et l'oubliait même parfois, le laissant alors tourner toute la journée en boucle le même éternel morceau, unique enregistrement d'un artiste disparu. Ce matin-ci, elle l'avait arrêté, elle en était certaine, juste après s'être brossée les dents, au moment où elle avait été récupérer son livre de chevet posé à côté. Mais la chose était si routinière qu'elle n'aurait pu l'affirmer avec une entière certitude.

En sortant de chez elle, elle avait regardé le ciel dégagé de cette fin d'été en son sac dans le panier de sa bicyclette afin de se rendre à la bibliothèque, sa bibliothèque, son sanctuaire. Comme chaque samedi, certains élèves du lycée et du collège étaient déjà là, prêts à se disputer les quelques ordinateurs disponibles qui leur permettrait un accès internet. Elle alluma les postes, entra les identifiants des sessions et laissa les jeunes s'installer en leur rappelant d'une voix douce qu'elle leur demandait de respecter le calme des lieux. Un peu plus tard arrivèrent les familles hebdomadaires qui rejoignirent la salle des lectures enfants pour la plupart. Puis arriva une jeune fille fraichement arrivé en ville : Sandrine.

La première fois qu'elle l'avait vu, Ivona avait pris l'adolescente pour une énième touriste venue mener son enquête sur le célèbre comte de Dracula et l'avait orientée vers la section de la bibliothèque qui était dédié aux touristes avec des ouvrages en de multiples langues sur l'histoire de la ville. Mais il s'était avéré que Sandrine et sa mère ne s'étaient pas contenté de visiter la ville. Elles avaient fini par s'y établir. En la voyant entrer, la jeune bibliothécaire salua la lycéenne en répondant un bonjour poli et pourtant amical, finissant d'enregistrer les livres qu'empruntait un petit garçon en lui faisant promettre d'en prendre bien soin avant de s'emparer d'un recueil pour s'approcher de la table où la jeune fille avait prit place, le posant calmement sur le bois à côté d'elle, ne voulant pas la troubler dans sa rédaction :

- Voilà le recueil dont on avait parlé l'autre jour, j'ai réussi à le retrouver aux archives. J'espère qu'il te sera utile...

Comme toujours quand elle parlait à la jeune fille, elle faisait en sorte de ne pas parler trop vite et finissait par cherchait son regard pour savoir si elle avait bien compris ou si elle devait répéter, que ce soit en une langue où une autre.

Le recueil en question était une anthologie de poésies fantastiques traitant des vampires de telle sorte qu'on aurait pu croire qu'il avait été écrit par un vampire lui-même. L'ouvrage était une pièce des archives de la ville, la couverture en été usée, les pages jaunies et les mots posés à la plume, comme le carnet d'un jeune poète maudit. Ivona qui l'adorait en avait parlé à la petite curieuse et lui avait donc promis de faire en sorte de le sortir des archives pour lui permettre de le parcourir.


Little Bookworm

L'humain pouvait-il être si puissant, si magnifique, et à la fois si mauvais, si vil ? Se montrer grand, noble, sensible, mais également plein d'abjection et de bassesse ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAGA MEA TRANSILVANIA :: BRAN :: BRAN SUD :: BIBLIOTHÈQUE-
Sauter vers: